+1

Actualités

La Guerre contre les logements vacants prend un nouvel élan

La Guerre contre les logements vacants prend un nouvel élan

Le 10 Février dernier Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement lance son « plan national de mobilisation des logements vacants ».

Le but de l’opération : lutter contre les logements vacants, soit un total de 3,1 millions de logement en France.

Lorsque près de 15 millions de personne en France sont actuellement touchées par la crise du logement, d’après la Fondation Abbé Pierre, le ministre appel les propriétaires de biens non occupés à se mobiliser.

 

La première étape consiste à cartographier la vacance et à en comprendre les causes.

La deuxième étape à inciter les propriétaires :

  • Lorsque l’inoccupation du bien est le résultat d’une incapacité financière à la rénovation et à la mise aux normes de celui-ci, L’Anah (l’Agence nationale de l’habitat) met à disposition des propriétaires la plateforme Facilhabitat.gouv.fr. Cet espace ludique leur permettra de trouver les informations nécessaires pour la mise en place d’aides à la rénovation.
  • Aucun propriétaire d’un bien n’a d’intérêts à ce que ce dernier soit vacant : pas de rendement financier, un défaut d’entretien, des charges qui s’accumulent (taxes diverses…). Alors pourquoi lorsqu’il pourrait convenir à la location renonce-t-ils à en bénéficier ? Parce qu’ils craignent les impayés et les dégradations. Pour palier à ses craintes des propriétaires : la garantie Visale « Gratuite, elle a déjà permis de sécuriser 200 000 propriétaires » affirme le ministre. Lancée en 2016, cette caution couvre jusqu’à 36 mensualités impayées.

Et la troisième à pour but de réquisitionner les logements vacants dans les zones tendues lorsque les démarches précédentes auraient échoué. Notamment en ce qui concerne les propriétaires personnes morales (banques, assurances et financiers).

Les propriétaires personnes morales uniquement ? Julien de Normandie précise “Si vraiment rien n'est fait, je ne m'interdis rien par principe mais, pour les particuliers, il est très compliqué de réquisitionner”.

 

Rappelons que d’autres leviers ont déjà été mis en place pour « inciter » les propriétaires à remettre sur le marché leurs biens :